Mot du Président Tribune n°164

Merci pour ce moment exceptionnel !

Dans toute mission, il y a des moments de doute. Celle d’administrateur ou de président d’AVOCATS.BE ne déroge pas à la règle. On est en droit de se poser la question du sens du temps et de l’énergie que l’on consacre à sa fonction. Et puis …

Et puis, il y a des moments de grâce, des moments uniques, des moments exceptionnels. Ce sont très souvent des rencontres que jamais nous n’aurions pu imaginer.

Ce lundi 16 décembre, le conseil d’administration a reçu Maître Firmin YANGAMBI, avocat au barreau de Kisangani en République démocratique du Congo. Maître YANGAMBI était accompagné de ses amis et soutiens, nos confrères Marie-Françoise DUBUFFET et Jean-Marc PICARD.

Président de l’ONG « Paix sur Terre », activiste dans le domaine des droits de l’homme, Maître Firmin YANGAMBI est arrêté fin septembre 2009 à Kisangani. Accusé de tentative d’organisation d’un mouvement insurrectionnel, il est condamné à mort en première instance. En appel, il est acquitté de cette prévention mais écope d’une peine de 20 ans pour port d’arme, une vieille pétoire !

Il semble totalement incontestable que son plus grand tort est de s’être présenté lors des élections présidentielles, en 2006, contre un homme en lequel il a cru et dont il était proche au début de sa présidence mais qui l’avait déçu, Joseph KABILA.

Une loi d’amnistie votée par le Parlement congolais en février 2014 aurait dû entraîner sa libération. Maître YANGAMBI est pourtant resté en prison jusqu’en mars 2019, quelques semaines après l’entrée en fonction du nouveau Président, Félix TSHISEKEDI.

Durant toutes ces années, il a été soutenu par diverses instances étrangères dont AVOCATS.BE et le barreau de Bruxelles, grâce à l’indéfectible ténacité de Maîtres DUBUFFET et PICARD. La lumière jetée sur lui par les instances internationales lui a très certainement permis de rester en vie.

Maître Firmin YANGAMBI ne nous a pas parlé des conditions épouvantables de sa détention, de cette prison où vous ne pouvez dormir allongé, faute de place, où vous n’avez à manger que ce qui vous est apporté par la famille ou les amis. Cette prison centrale de MAKALA est le plus grand pénitencier de Kinshasa. Conçue avant 1960 pour 1.500 détenus, plus de 8.000 personnes y croupissent.

Il ne nous a pas parlé de ces périodes durant lesquelles sa famille ne savait pas où il se trouvait et même s’il était encore en vie. Il ne nous a pas parlé des tortures endurées.

Il nous a simplement expliqué avoir compris la difficulté de la profession d’avocat dans un procès politique dont il fut l’acteur principal, la manière dont fonctionnait la justice dans son pays, ses convictions personnelles, l’importance des gestes que nous avons pu lui apporter.

C’est la rencontre d’un grand humaniste avec un discours sans haine, réaliste, rappelant aussi, sans reproche, la responsabilité de nos sociétés occidentales dans la situation actuelle des états africains.

C’est la rencontre d’un homme qu’un système a voulu broyer et qui se tient debout.

C’est un appel qui est lancé à nos institutions, les barreaux, pour aider les défenseurs du droit en République démocratique du Congo. Nous nous devons d’y réfléchir mais aussi d’agir.

C’est un message d’espoir, de croyance en l’homme et en son avenir. Maître Firmin YANGAMBI fait partie de ces grands hommes que l’on n’a que trop rarement l’occasion de rencontrer.

C’est un extraordinaire message que nous avons reçu et que je souhaitais vous transmettre en cette période de fin d’année.

Ensemble, réfléchissons à ce que nous pouvons faire pour dépasser notre quotidien et être des acteurs de justice dans le monde.

 

Xavier Van Gils,
Président

Réagir à cet article

 

Imprimer

A propos de l'auteur

Xavier Van Gils

Président d'AVOCATS.BE