Tribune n°165

Sauver la justice : un projet de Hacklaboration pour gagner du temps !

On n’avait plus vu cela depuis bien longtemps. Tous les acteurs du monde du droit se sont réunis ce 25 novembre à l’Institut d’Études Européennes sous l’égide de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles avec un seul un point à l’ordre du jour : sauver la justice.

Ils étaient tous là : la présidente du Conseil Supérieur de la Justice, Mme V. de Francquen, Mme I. Schyns et Mr R. Bastin pour le tribunal de 1ère instance (section famille), Mme le Substitut du Procureur du Roi de Bruxelles A. Karcher, mais aussi Mr B. le Maire, Président de la Commission fédérale de médiation, Mr M. Beyens, Président de l’Institut des Juristes d’entreprise, le Président de l’Union francophone des huissiers de justice, Mr Q. Debray, le Président de la Chambre nationale des notaires, Mr M. Bombeeck sans oublier les avocats, représentés par le Président de l’Ordre des barreaux francophones et germanophone, Me Xavier Van Gils et par le Bâtonnier de l’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles, Me M. Forges. 

Ensemble, ils se sont prêtés au jeu de répondre aux questions qui leur avaient été adressées. Elles visaient à identifier les principaux problèmes actuels de la justice et des professions du droit ainsi que les solutions concrètes pour y remédier avec l’aide du pouvoir politique, mais aussi, et surtout, sans son intervention. Après deux heures d’échanges, il est ressorti un bilan affligeant de la situation actuelle, des revendications, des pistes de solution ainsi qu’un problème commun : gagner du temps. Gagner du temps pour les justiciables ou pour les clients, gagner du temps pour les professionnels du droit, mais surtout gagner du temps pour une justice plus efficace.

Pour répondre à cet impératif, les acteurs ont décidé de lancer un projet informatique collaboratif pilote pour gagner collectivement du temps grâce à la Hacklaboration. Contraction entre « hack » et « collaboration », il s’agira de construire collectivement un rôle électronique, simple et sécurisé, qui serait d’abord testé par la section famille du Tribunal de première instance. Ce projet permettra aux différents intervenants dans les affaires familiales de gagner du temps en échangeant des documents et en évitant des déplacements inutiles au Palais.

Un événement est prévu les 7 et 8 mai prochains autour de cette réalisation avec l’ensemble des acteurs concernés sous l’égide de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles. 

 

Maître Vinciane Gillet & Prof. Gregory Lewkowicz (ULB)
Présidents de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles

Réagir à cet article

Imprimer

A propos de l'auteur

Vinciane Gillet

Présidente de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles et membre du conseil de l’Ordre français des avocats du barreau de Bruxelles.

Gregory Lewkowicz

Directeur de la Société de droit global et transnational et coprésident de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles.