Tribune n°156

Mobilisons-nous pour Nasrin Sotoudeh. Collectivisons sa peine !

Un collectif de femmes juristes propose de « racheter » la peine de Nasrin Sotoudeh, avocate iranienne condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet.

 

Me Nasrin Sotoudeh est une avocate iranienne récemment condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet, en raison de son engagement politique en faveur des droits humains et de son combat féministe.

Avec le soutien de Fem&Law et d’AVOCATS.BE, un collectif de femmes juristes propose de « racheter » sa peine, en proposant de se substituer collectivement à elle pour la peine de prison et les coups de fouet auxquels elle a été condamnée. L’idée de cette action originale est venue à Me Sibylle Gioe, elle-même avocate et engagée : « Face à cette peine moyenâgeuse, je me suis dit qu’il fallait riposter sur le même terrain. Le « rachat » de peines ou la substitution de personnes pour les effectuer sont des pratiques qui existaient au XIIIème siècle. Cette action permet de souligner à la fois le caractère inhumain de sa peine et son engagement politique et féministe : proposons à l’Iran, en échange de Nasrin Sotoudeh, de la « chair » de juriste engagée ! ».

Concrètement, l’idée est que toute femme juriste qui le souhaite puisse souscrire à un certain nombre de coups de fouet et de jours de prison, qu’elle s’engage à aller subir en Iran en lieu et place de Nasrin Sotoudeh. Par ailleurs, tout un chacun a la possibilité de s’engager à cotiser pour financer les frais de transport, les frais médicaux et les frais de cantine en prison des femmes qui se rendront en Iran pour se substituer à Nasrin Sotoudeh.

Dès que le collectif aura réuni un nombre d’engagements fermes suffisants, il demandera au gouvernement iranien de l’autoriser à se substituer à la peine de Nasrin Sotoudeh, en l’échange de sa libération et du respect de son intégrité physique.

Les autorités diplomatiques belges sont d’ores et déjà informées de ce projet, qu’elles sont invitées à soutenir en portant la proposition du collectif auprès des autorités iraniennes, à les accompagner en Iran, à vérifier chaque jour les conditions de leur détention et à assister aux séances de coups de fouet. Ce faisant, elles démontreront leur soutien actif au droit des femmes à disposer de leur corps et à la recherche de toutes les solutions possibles afin d’obtenir la libération et de garantir le respect de l’intégrité physique de Me Nasrin Sotoudeh.

Ce mercredi 26 juin, la plateforme de l’action (www.libereznasrinsotoudeh.be) sera mise en ligne.

Imprimer

A propos de l'auteur

latribune