Tribune n°195

Un élu qui honore le barreau

L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a élu notre Confrère Frédéric KRENC comme juge à la Cour européenne des droits de l’homme pour un mandat de neuf années.

Cet honneur rejaillit avant tout sur lui, bien entendu, mais aussi sur tout le barreau.

Au terme de ses études de droit, il frappe à la porte du bureau de Madame la Juge à la CEDH, Françoise TULKENS, qui en deviendra ensuite Vice-Présidente, pour y effectuer une visite d’étude avant de compléter sa formation par une licence en études spécialisées de droit européen à l’université de Gand en 2002 avec comme sujet de mémoire : « la responsabilité des Etats membres de l’Union européenne au regard de la Convention européenne des droits de l’homme, du fait de l’Union ». Sa voie était ainsi tracée.

Depuis 2002, Maître KRENC professe comme avocat à Bruxelles et excelle dans le domaine des droits de l’homme. Membre du comité de rédaction, secrétaire de rédaction durant 8 années, il est l’actuel président du comité de rédaction de la Revue trimestrielle des droits de l’homme depuis 2014. Il fut Maître de conférences invité à l’Université de Liège et est toujours Maître de conférences invité à l’Université Catholique de Louvain et Chargé d’enseignements à l’Université Saint-Louis Bruxelles.

Son curriculum en dit long sur les qualités scientifiques de Maître KRENC.

Personnellement, je me souviens surtout de la qualité de son intervention en Grande Chambre de la CEDH en 2019 dans un dossier dans lequel il défendait AVOCATS.BE : pertinence, conviction, modération. Avec les Bâtonniers présents, nous avons tous été impressionnés par sa prestation.

Cette prestation et les rencontres qui ont suivi en disent long sur les qualités humaines de Maître KRENC.

Comme l’écrivaient Monsieur le Bâtonnier Maurice KRINGS de l’Ordre français du Barreau de Bruxelles et Monsieur le Bâtonnier Yves OSCHINSKY, président de l’Institut des Droits de l’Homme du Barreau de Bruxelles, « pour toutes ses qualités, tant intellectuelles qu’humaines, pour son expertise reconnue en Belgique et internationalement et pour son indépendance, l’élection de cet homme modeste et d’un grand rayonnement représente une chance pour la Belgique et pour la Cour européenne des Droits de l’Homme ».

Mais c’est un honneur qui rejaillit sur tout le barreau car c’est la première fois qu’un avocat, en exercice, est élu à cette très haute fonction. Comme il me l’écrivait lui-même, il est « avocat et fier de l’être. C’est le barreau qui m’a permis de m’investir, en toute indépendance, depuis le début de ma carrière, dans la défense des droits fondamentaux. C’est le barreau qui m’a permis de m’épanouir professionnellement et personnellement ». Je suis certain que cet épanouissement se poursuivra dans ce nouveau challenge.

L’élection comme juge de la CEDH d’un avocat démontre que le barreau peut être une voie d’accès à la plus haute magistrature européenne. L’avocat qui, mieux que personne, connaît les réalités vécues par le justiciable et le fonctionnement de notre société, demeure un acteur essentiel d’un Etat démocratique dans lequel la défense des valeurs fondamentales consacrées par la Convention européenne des droits de l’homme doit rester une préoccupation permanente.

 

Xavier Van Gils,
Président

Imprimer

A propos de l'auteur

Xavier Van Gils

Président d'AVOCATS.BE