Tribune n°182

Prix Ludovic Trarieux 2020

Barkin Timtik et Ebru Timtik

Trente-cinq ans après sa première attribution à Nelson Mandela, le prix Ludovic Trarieux a été attribué le jeudi 24 septembre 2020 conjointement à deux avocates turques, Barkin Timtik et, à titre posthume, à Ebru Timtik.

Avocates au barreau d’Istanbul, les deux sœurs font partie d’un groupe de 16 avocats turcs condamnés à des peines de prison ferme, respectivement 13 ans et demi pour Ebru et 18 ans et neuf mois pour Barkin. Leurs crimes ?  Avoir défendu des personnes suspectées par le régime turc d’être liées à l’organisation DHKP-C qualifiée de terroriste.

Leur procès était, de l’avis même de nombreux observateurs étrangers présents, une mascarade.

Ebru Timtik a mené durant 238 jours une grève de la faim réclamant pour elle et ses compagnons d’injustice le droit à un procès équitable.  Elle est décédée le 27 août 2020 à l’âge de 42 ans.

Réunis à l’invitation du barreau de Genève, le jury du prix Ludovic Trarieux, composé de différents instituts des droits de l’homme de barreaux européens, ainsi que de l’Union internationale des avocats (UIA) et de la Fédération des barreaux d’Europe (FBE), a voulu récompenser l’incarnation de la défense qui mène ici au sacrifice. 

Il souhaite aussi dénoncer une nouvelle fois les errements d’un régime abject définitivement en contradiction avec les valeurs de différentes organisations internationales auxquelles il continue pourtant d’appartenir.  Nier la défense en refusant de distinguer l’avocat de l’individu présumé innocent qu’il défend, c’est nier l’Etat de droit.  A moins de trois heures d’avion de Bruxelles, les avocats qui le dénoncent le paie de leur liberté et de leur vie.

 

Thierry Bontinck,
Avocat au barreau de Bruxelles

Imprimer

A propos de l'auteur

Thierry Bontinck

Avocat au barreau de Bruxelles