Mot du Président Tribune n°195

Osons nous engager

Sans doute, les temps actuels n’ont-ils pas été propices à resserrer les relations entre les avocats ou entre les avocats et leurs instances ordinales. Pourtant, elles n’ont jamais été aussi nécessaires.

Que ce soient les conseils de l’Ordre ou les jeunes barreaux, voire même, j’ose le penser, AVOCATS.BE, nos instances ont joué un rôle important pour maintenir une cohésion et même dans certains cas une solidarité, entre les avocats durant cette crise.

Bien entendu, par vidéoconférences, les réunions des conseils de l’Ordre, formations, assemblées générales et autres événements ont dû s’adapter. Cela n’a pu se faire qu’avec l’imagination et l’enthousiasme de nos mandataires.

Et puis, il y a celles et ceux qui râlent, qui ne voient que le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein. Il y a celles et ceux qui estiment que toutes ces structures ne servent à rien si ce n’est à les contraindre dans leurs pratiques quotidiennes. Bien entendu, ils ont tort mais à quoi sert-il de l’écrire car ils ne lisent pas la Tribune !

Notre profession a besoin de bâtonniers pour gérer les Ordres, de conseillers de l’Ordre pour les aider dans cette tâche, pour s’ancrer au mieux localement et pour faire entendre la voix de leur barreau que ce soit dans les commissions ou à l’assemblée générale d’AVOCATS.BE.

Notre profession a besoin des jeunes barreaux qui, par les formations organisées ou les activités plus ludiques qu’ils mettent en place, tissent ce lien social entre les avocats. Un tel lien est tellement nécessaire dans une profession où nous sommes amenés à être continuellement en opposition.

Ce n’est pas tant pour les remercier de leur engagement que pour inviter chacune et chacun d’entre vous à réfléchir à l’engagement à prendre dans ce travail collectif que je vous adresse ces quelques mots.

Peut-être faudra-t-il que les conseils de l’Ordre se réinventent quelque peu compte tenu de l’évolution de l’Ordre communautaire ? Peut-être faudra-t-il qu’ils investissent encore plus dans les tissus judiciaires, socio-économiques et politiques locaux pour encore mieux faire connaître notre profession localement ? Nos institutions évoluent sans cesse et elles ont en permanence besoin d’idées nouvelles.

Mais il y a mille et un chantiers à entreprendre avec celles et ceux qui sont de bonne volonté. La profession a plus que jamais besoin de se fédérer. Elle a plus que jamais besoin de chaque projet porté par chaque bonne volonté.

Participer à la réflexion sur l’évolution de notre profession est une entreprise passionnante. Travailler à l’intérêt général de la profession et, au-delà d’elle, à celui de la Justice, est une expérience très enrichissante. Le temps des élections approche. N’hésitez pas à faire le pas.

Votre très dévoué,

Xavier Van Gils, 
Président

 

Imprimer

A propos de l'auteur

Xavier Van Gils

Président d'AVOCATS.BE