Tribune n°184

Le bon dieu sans confession à un Secrétaire d’Etat démocrate-chrétien ?

Interviewé dans Le Soir du 31 octobre, Koen Geens estime que le gouvernement ‘suédois’ n’a pas porté atteinte aux droits de l’Homme, sauf peut-être dans ses contacts avec les services secrets soudanais[1]. Difficile de le nier : la Belgique vient d’être condamnée pour cela par la CEDH. Mais suffit-il de ne pas être condamné par ‘Strasbourg’ pour avoir bien gouverné ? Gouverner, surtout en période de tempête, c’est bien entendu gérer le plus proprement possible, mais aussi donner un cap, tenir un discours qui indique ce qu’on propose, vers où on va.  Lorsque le propos dérape au sommet, c’est la pratique qui dérape à la base. Indiquer qu’on veut ‘nettoyer’ le parc Maximilien ou passer son temps à présenter l’immigration comme un fléau qu’il faut juguler prépare le champ à des violations qui pour être souvent moins médiatisées n’en sont pas moins pernicieuses. Les étrangéristes et les ONG d’aide aux étrangers en sont  les confidents quotidiens.

Que le ton change à propos de la migrance est donc déjà en soi une bonne nouvelle[2]. Ce 27 octobre, l’O.V.B. et AVOCATS.BE se sont entretenus avec Sammy Mahdi, le nouveau Secrétaire d’Etat CD&V à l’asile et à la migration. Le seul fait que cette réunion puisse se tenir tranchait avec l’hostilité manifestée par le gouvernement, les six dernières années, à l’égard de ceux qui défendent les étrangers. La volonté affirmée de travailler avec les barreaux aussi.  

Monsieur Mahdi  présentera à la Chambre, dans les prochains jours, son projet en matière de migrance pour la législature. Il a invité les Ordres à lui faire part de leurs observations. Cela aussi est inédit.

Nous nous réjouissons de ce changement de ton et attendons impatiemment les actes.

Lors de l’AG de septembre 2020, les bâtonniers d’AVOCATS.BE ont approuvé plusieurs textes de propositions de loi qui seront transmis aux partis francophones pour être déposés à la Chambre. Parmi celles-ci, la réalisation d’un audit de l’OE.  C’est donc avec beaucoup de satisfaction que nous avons vu quelques jours plus tard cette revendication reprise dans le programme gouvernemental de la ‘Vivaldi’.

AVOCATS.BE fait offre de service pour participer à cet audit.  Nous y reviendrons. Avec persévérance.

[1] La question n’est pas abordée dans l’interview publiée le même jour par De Standaard.

[2] Nous avons certes entendu dans les médias les déclarations du Secrétaire d’Etat et sa volonté de poursuivre la procédure d’expulsion du gouvernement précédent.  Attendait-on la déclaration de l’arrêt des expulsions alors que la politique de migrance de la Vivaldi est scrutée en Flandre par des partis soit ouvertement racistes, soit dont les propos xénophobes de ses dirigeants ne sont nullement critiqués par la base ?

Jean-Marc Picard,
Président de la commission de droit des étrangers d’AVOCATS.BE

Imprimer

A propos de l'auteur

Jean-Marc Picard

Président de la commission de droit des étrangers d’AVOCATS.BE