Maître, vous avez la parole Tribune n°168

À propos de la grève (même légitime) des avocats français

Vu de Bruxelles, ne devrait-on pas se poser la question de la lassitude des justiciables ?

Je pense que tant en Belgique qu’en France les justiciables commencent à être lassés par cette mobilisation des avocats pour leur retraite et se demandent pourquoi les avocats ne mettent pas la même énergie, le même acharnement, la même mobilisation pour faire prévaloir les droits de la défense, le droit des plus faibles et l’obtention des budgets nécessaires pour remplir le cadre des Magistrats et pour faire fonctionner tous les rouages judiciaires et permettre de rendre une justice plus rapide et sereine qui, aujourd’hui, manque de cet oxygène nécessaire pour rendre aux citoyens la confiance qu’ils ont perdu, non?

Evidemment on dit que charité bien ordonnée commence par soi-même.

Il faut que les avocats défendent leur statut, leur indépendance, le secret professionnel, les droits acquis pour mieux représenter les justiciables.

Nous sommes les derniers à nous lever pour les défendre et pour assurer l’Etat de droit.

Et nous devons intervenir pour les avocats en danger et j’ai déjà souligné la nécessité d’envoyer des observateurs à leur procès.

Il est aussi nécessaire de se préoccuper des stagiaires, de leur formation, des relations avec les patrons des contrats de stages, des cours CAPA, bref tout ce qui concerne l’avenir que ces jeunes représentent et il faut les mettre à même de pouvoir réaliser nos objectifs.

Déjà, le combat contre le Gouvernement, qui refuse d’exécuter une décision judiciaire (cfr. arrêt de GAND), va nous mobiliser, comme le développement de l’IA.

Mais il faut prendre garde à ce que les citoyens, déjà noyés d’informations par les médias sur les démarches, les initiatives et ces réflexions des avocats, ne leur reprochent de ne pas mettre autant d’énergies pour faire rendre une justice plus rapide.

Je ne peux m’empêcher d’être interpellé par le manque de présence, le manque de suivi de grèves, de démarches des avocats pour obtenir pour ce justiciable tous les moyens nécessaires pour faire fonctionner la justice car tout ce qui a été effectué à ce sujet à ce jour ne tient pas la comparaison avec ce qui se passe en France mais si j’étais un justiciable Français privé d’audience, privé d’écoute, privé de justice, j’en voudrais aux avocats d’abord qui s’occupent trop d’eux-mêmes.

 

Jean Bornet, 
Avocat au barreau de Bruxelles

Réagir à cet article


Envie de nous faire part de votre opinion sur un sujet relatif à la profession d’avocat ? Partager un coup de cœur ou un coup de gueule avec les lecteurs de la Tribune ? Réagir à un thème d’actualité ou mener une réflexion plus philosophique en lien avec le droit ou le barreau ? Cette rubrique est la vôtre !

Vous souhaitez voir votre opinion publiée dans notre prochain numéro ? Cette rubrique est ouverte à toutes et à tous et a besoin de vos contributions ! Envoyez vite vos écrits à tribune@avocats.be.

Imprimer

A propos de l'auteur

Jean Bornet

Avocat au barreau de Bruxelles